Réseau pour favoriser la prise en charge de l’IVG et de la Contraception en région Occitanie Pyrénées Méditerranée

Trouvez un praticien REIVOC près de chez vous

  1. Reivoc
  2.   
  3. Les idées reçues sur le danger de l’avortement

Les idées reçues sur le danger de l’avortement

Afin de contrer les idées reçues sur le danger de l’avortement qui peuvent culpabiliser le choix de la femme, l’information autour de l’IVG est encore aujourd’hui d’une importance cruciale.

En effet il existe encore de nombreuses plateformes où l’information délivrée vise surtout à dissuader les femmes de faire ce choix, en relevant les prétendus dangers de l’avortement.

Le risque de stérilité après une IVG

Le risque de stérilité après une IVG est toujours mis en avant pour effrayer. Or l’IVG ne diminue pas la fécondité !

On observe que dans les pays où l’IVG est légalisée, l’avortement étant réalisé dans de meilleures conditions, les complications liées à l’IVG sont très réduites et le risque de stérilité est tout à fait exceptionnel et ne modifie pas le bon déroulement des grossesses suivantes.

Les complications liées à une IVG sont infiniment moins élevées que pour une grossesse menée à terme.

Avorter d’un bébé

Avorter, ce n’est pas avorter d’un bébé. C’est tout simplement cesser d’être enceinte.

Le syndrome post avortement

L’idée d’un syndrome post avortement n’existe pas. De nombreuses études scientifiques fiables montrent que l’IVG ne favorise pas de troubles psychologiques (dépression post IVG, comportement suicidaire…) chez les femmes qui n’en présentaient pas auparavant.

Les conséquences psychologiques, ou les traumatismes après un avortement varient d’une femme à l’autre et peuvent être liés à l’accompagnement de la femme. Il n’est en effet pas envisagé de nier la tristesse que peuvent ressentir certaines femmes dont la situation peut être difficile. L’accompagnement par un professionnel est alors important. De plus, c’est le discours moralisateur et culpabilisant qui favorise ce sentiment.

La plupart des femmes ayant recours à une IVG ressentent surtout un grand soulagement.

Le curetage pour une IVG

Le curetage pour une IVG n’est pas la méthode la plus souvent pratiquée. En cas d’IVG, mais aussi de fausses couches, la méthode par aspiration douce est préférée. Contrairement au curetage cette technique est moins agressive et ne cause pas de dommages à l’utérus. Il s’agit d’un geste chirurgical simple, sûr et efficace, qui peut être réalisé sous anesthésie locale ou générale.

L’avortement : risque pour la santé ?

Selon certains, l’avortement constituerait un risque pour la santé sur le long terme. Il conduirait notamment à une augmentation du risque de cancer (col de l’utérus, seins). Or aucune étude scientifique n’a trouvé de liens entre l’IVG et le cancer.

L'avortement "naturel" avec de l'ail ou du gingembre?

Il est possible de trouver sur les réseaux sociaux des recettes maison. Avorter avec de l’ail ou avorter avec du gingembre, absorbé en grande quantité ne provoque pas d’avortement.

Introduits dans le vagin, les végétaux peuvent donner des inflammations ou des infections mais ne permettent pas d’avorter.

De plus le risque principal est de perdre du temps pour l’IVG. De même, écouter les conseils des sites anti IVG très actifs sur le net font perdre des chances de faire son avortement dans des délais IVG légaux et rapides.

Si une femme cherche à avorter, l’IVG médicamenteuse ou l’IVG chirurgicale est disponible et sûre. En cas de difficultés ne pas hésiter à contacter un professionnel qui pourra vous aider à choisir la méthode IVG efficace qui vous correspond le mieux. L’IVG est entièrement prise en charge par la sécurité sociale à 100% pour toutes les femmes, y compris les mineures.

Consulter la page Aide et IVG

Aller dans le centre de santé sexuelle de votre ville (gratuit) ou antenne du planning familiale (0800081111).

La rubrique « Qui peut m’aider? » sur le site ivg.gouv permet de trouver les CPEF et centres d’information dans toute la France.