Réseau pour favoriser la prise en charge de l’IVG et de la Contraception en région Occitanie Pyrénées Méditerranée

Trouvez un praticien REIVOC près de chez vous

  1. Reivoc
  2.   
  3. La contraception après l’IVG

La contraception après l’IVG

La contraception évite les grossesses non programmées, elle est réversible, mise à part la stérilisation à visée contraceptive. Très rapidement à la suite d’un avortement il existe une possibilité de nouvelle grossesse.

C’est un bon moment pour choisir une contraception.

Les contraceptions sont le plus souvent remboursées si elles sont prescrites par un médecin ou une sage-femme.

Les contraceptions de longue durée

Le dispositif intra-utérin (DIU) ou stérilet

Le stérilet, ou dispositif intra-utérin, est un petit dispositif placé à l’intérieur de l’utérus. Il en existe deux sortes, un au cuivre et un à la progestérone, dans des tailles adaptées aux femmes ayant eu des enfants et à celles qui n’en ont pas eu.

La pose du stérilet et le stérilet sont remboursés. Un DIU a une efficacité excellente qui dure de 3 à 10 ans selon le dispositif.

Le médecin ou la sage femme peuvent aider la femme à choisir.

Le DIU peut être mis en place immédiatement pendant un avortement chirurgical à la fin de l’intervention, ou aux règles suivantes.

Le stérilet peut aussi être posé après une IVG médicamenteuse après vérification de la vacuité utérine ou si le taux de BHCG est négatif et en cas de doute aux règles suivantes. Dans ce cas il est conseillé une autre méthode en attendant.

L’implant contraceptif

L’implant contraceptif est un bâtonnet souple plus fin qu’une allumette qui se glisse sous la peau du bras avec une anesthésie locale ; c’est la plus efficace des contraceptions.

L’implant progestatif délivre de très faibles doses d’hormone progestérone L’efficacité dure 3 ans ou 2 ans en fonction du poids. Il peut être posé tout de suite après un avortement ou plus tard.

Un implant contraceptif peut être retiré à la demande de la patiente ou parce que les effets secondaires, toujours possibles, sont mal tolérés. La pose et le retrait de l’implant ainsi que le dispositif sont remboursés.

L’anneau vaginal contraceptif et les « patch » contraceptifs

L’anneau vaginal est une contraception de type contraception estroprogestative (pilule). L’anneau contraceptif est posé dans le vagin par la femme et laissé en place 3 semaines par cycle.

Le patch contraceptif est collé sur la peau et changé toutes les semaines, une prescription est nécessaire.

L’anneau et les patchs ne sont pas remboursés (13 à 18 euros par cycle), une prescription est nécessaire.

À la suite d’une IVG la pose d’un anneau vaginal est possible 7 ou 8 jours après, le patch peut être posé le jour même ou le lendemain.

Les contraceptions quotidiennes

La contraception orale estroprogestative (pilule)

La pilule est une contraception orale, la plus utilisée, très efficace si elle est prise sans oubli.

Elle est prescrite par un médecin ou une sage-femme. Elle est le plus souvent bien tolérée, le plus souvent remboursée.

Il est très utile d’anticiper avec un professionnel de santé la gestion des oublis (savoir quoi faire…).

La pilule contraceptive peut être débutée le jour ou le lendemain de l’IVG.

La contraception progestative (micro pilule ou pilule progestative)

Il existe une contraception orale sans estrogènes pour des situations particulières, la pilule progestative, dont l’usage est assez proche.

Les contraceptions à utiliser localement

Le préservatif masculin

Le préservatif masculin est une contraception efficace en usage parfait qui, en plus, protège des infections sexuellement transmissibles.

Les échecs de cette méthode sont importants si l’utilisation n’est pas parfaite, il est donc utile que les hommes développent un savoir-faire… ( le préservatif doit être mis à chaque rapport avant toute pénétration.)

Le préservatif féminin

Le préservatif féminin a la même efficacité, mais son usage demande un apprentissage et sa disponibilité dans le commerce est médiocre.

La cape cervicale et le diaphragme

Ces méthodes sont peu utilisées, et demandent un apprentissage, leur efficacité est médiocre, leur coût élevé, bien que réutilisable, et peu remboursé (3,14 euros). Cependant ils peuvent rendre service à certaines femmes qui n’auraient pas d’autre choix et acceptant la survenue d’échec.

Les méthodes de prévision de l’ovulation

Les méthodes de prévision de d’ovulation demandent un apprentissage, peuvent rendre service à certaines femmes qui acceptent la survenue d’échec.

La contraception d’urgence

La contraception d’urgence, ou pilule du lendemain, est une contraception à part entière. Elle permet de gérer les prises de risques de grossesse et les aléas des contraceptions. La pilule du lendemain est utile pour gérer les incidents.

Remboursée si elle est prescrite, elle est à disposition des femmes gratuitement dans les CPEF. Elle est délivrée aux mineures gratuitement par les pharmaciens, et vendue sans prescription aux majeures

Utiliser une contraception d’urgence est une mesure de prudence et son usage n’est en aucun cas à critiquer.

La pilule du lendemain a une efficacité limitée c’est le seul problème. Il existe deux sortes de contraception d’urgence, une qui va agir jusqu’à trois jours et une jusqu’à cinq jours, celle-ci est aussi indiquée pour les femmes qui pèsent plus de 75 kg

Les stérilisations à visée contraceptives

Elles sont légales pour les hommes et les femmes depuis 2001. Elles peuvent être demandées par toute personne et font l’objet d’un délai de réflexion de 4 mois.